Grosse chute de la bourse chinoise

Grosse chute de la bourse chinoise

Le long chemin de la Chine vers l'Economie de marché


Depuis 2014, les autorités chinoises ont souhaité relancer les marchés boursiers au plus calme depuis le «krach » de 2007.

L'objectif très clair, était de faire en sorte de générer des capitaux et des liquidités pour dynamiser les secteurs positifs comme les PME hight-tech génératrices d'emplois et de richesses.

Voilà un nouveau virage du gouvernement central chinois qui tourne légérement le dos aux énormes entreprises et conglomérats d'Etat, gourmands en fonds publics et sans réels bénéfices pour l'économie du pays.


Pourtant, dès le départ, il existe un risque en s'appuyant sur cette démarche, car au pays du soleil levant, aucune information fiable n'est disponible sur les entreprises cotées en bourse. Le fonctionnement de cette bourse est donc totalement spéculative.


Malgré cela, de très nombreuses personnes se sont précipitées sur les différentes cotations et endroits où il était possible d'investir ses économies, pour elles aussi commencer à boursicoter de manière effreinée, espérant des gains rapides et une vie meilleure, et réver à l'Eldorado !


Mais en deux semaines la bourse chinoise a fait une dégringolade de plus de 30 % (une baisse plus forte que la bourse d'Athènes la semaine de sa réouverture après les négociations avec ses partenaires européens), et environ 3 000 milliards d'euros se sont envolés. C'est l'équivalent de 12 fois le PIB de la Grèce.


D'après les chiffres (non officiels), environ 100 millions de Chinois ont laissé toutes leurs économies durant ces deux semaines de chute vertigineuse.


Cela n'est pas étonnant, car autant il est surprenant d'avoir une bourse basée sur la pure spéculation, manquant d'informations concrétes sur les entreprises cotées, de la même manière, l'imagination de tous sur la route de l'argent et d'une vie meilleure a emmené une foule de petits porteurs totalement ignorant et incompétent sur les marchés financiers.


Il est estimé que 60 % des petits porteurs concernés par ces pertes ont quitté l'école avant l'âge de 15 ans, et même que 6 % d'entres eux sont totalement analphabètes.


Un point reste cependant rassurant, le poids de la bourse chinoise n'est pas suffisamment important pour avoir une incidence directe sur l'économie réelle.

Même si celle-ci montre quelques signes de ralentissement, il y a de quoi être rassuré par rapport à l'explosion de la bulle éphémère de la bourse chinoise.  

Rédigé le  14 août 2015 14:36 dans EconomieInformation pays  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site