Le gaz naturel au Maroc, un besoin industriel en attente

Le GAZ NATUREL au MAROC ….où? Quand ? Comment ? Va-t’il enfin arriver ? Entre coût, décisions, et besoin industriel…
La gaz naturel, réel besoin au Maroc

L'Etat attend depuis plus de dix ans les résultats d'une étude demandée à BOSTON CONSULTING GROUP concernant le développement du Gaz Naturel...Cette étude sur le gaz Naturel au Maroc a été commandé pour un montant de 8 millions de DH.

Les investisseurs et les industriels s'impatientent et pourtant l'utilisation du gaz naturel reste toujours une option pour le Gouvernement.

L'idéal…Serait deux sources d'énergies : le Gaz Naturel algérien avec le Gazoduc Maghreb Europe et le développement du Gaz Naturel Liquide GNL dans un terminal gazier.

Le Gaz Naturel permettrait la production d'électricité qui serait utile au développement de l'industrie. On constate donc que l'utilisation du Gaz Naturel au Maroc serait une '' locomotive'' au même titre que le développement actuel des énergies propres: éolien et surtout solaire.

La part du GN (gaz naturel) dans la consommation progresse rapidement: 3,9% en 2010, 4,6% en 2011 et environ 5% en 2012. Si la consommation a augmenté de 8% entre 2009 et 2010, de 25,6% entre 2010 et 2011, c'est surtout grâce à la production de l'électricité.

Le marché global du GNL (Gaz Naturel Liquide) au Maroc pèserait, selon la Direction des Combustibles et Carburants, 1,5 milliard de m3 en 2015 (uniquement pour le secteur électrique) et passerait à 3 milliards en 2017, à 6 milliards de m3 en 2019, à 7 milliards en 2021 et 8 milliards en 2023.

Les besoins en GNL seront assurés par le marché algérien en GME (Gazoduc Maghreb Europ) dans un premier temps pour une livraison de 640 millions de m3 par an sur une durée de 10 ans.

Cependant l'installation d'un terminal gazier s'avère nécessaire dans la mesure, ou l'arrêt, en 2021, du GME qui ne serait ni remplacé ni rénové, ainsi que le contrat passé avec SONATRACH-ONE qui arrivera à terme en 2021.

L'installation d'un terminal s'avère donc indispensable et permettrait

la construction de plateformes maritimes pour accueillir des navires gaziers et permettre le stockage du gaz. Le terminal permettrait aussi au Maroc une sécurité d'approvisionnement et aussi de négocier avec les fournisseurs.

Aprés l'étude de plusieurs sites, le choix s'est finalement porté sur JORF LASFAR. (Region d’El Jadida)

On se rend compte que le Gaz Naturel Liquide, c'est l'avenir!!

Le gaz naturel au Maroc

En effet, l'énergie produite par le GNL coûte 40% moins cher que l'énergie à base de fuel ou de charbon et que le GNL est beaucoup moins polluant.....Cela correspondrait parfaitement avec la démarche du plan «Maroc vert» et la volonté affiché d’être moins dépendant des énergies fossiles, et par la même de réduire la dépendance financière au niveau de la balance commerciale.

Sson principal handicap reste cependant son coût de transport...c'est plusieurs fois le coût de transport du pétrole.

Alors il est temps que l'Etat agisse... Et qu'en est-il du privé? Un terminal gazier, c'est environ 2 milliards d'euros d'investissement.

Réagir à cette article sur le blog
Page d'Accueil Voir tous les articles sur "Economie"