Economie : Les échanges économiques entre le Maroc et l'Espagne

Maroc-Espagne : échanges économiques 

L'Espagne est le 2e partenaire économique du Maroc en termes d'échanges commerciaux de biens.

En 2012, le Maroc a importé pour 50,9 milliards de DH de produits espagnols (14,3% de nos importations) et a exporté pour 30,5 milliards de DH de biens vers l'Espagne.

Le taux de couverture des importations par les exportations s'élève à 60%, soit l'un des plus élevé que nous réalisons avec un pays de l'UE.

En 2012, l'Espagne était le premier fournisseur du Maroc et son 2e client. A l'heure actuelle, près d'un millier d'entreprises espagnoles sont installées au Maroc.

 Echanges économique Maroc Espagne

À fin 2012, les exportations marocaines vers l’Espagne se sont élevées à 30,4 milliards de DH contre 32 milliards de DH un an auparavant.

Les exportations marocaines vers l’Espagne se sont inscrites en baisse de l’ordre de 4,6% un niveau qui reste inférieur au niveau d’avant crise. En effet, durant la période 2003-2008, la valeur des exportations marocaines de marchandises a connu une hausse annuelle moyenne de 16,3%. Le rythme de croissance des exportations par rapport aux importations a été plus faible durant la période 2003-2012, soit respectivement une moyenne des taux de croissance de 8% contre 13,8%.

Echanges économique Maroc Espagne

Consolidation des échanges extérieurs bilatéraux, faisant de l’Espagne le second partenaire du Maroc du côté des exportations et le premier du côté des importations. En effet, les exportations marocaines vers l’Espagne représentent en 2012  16,5% du total d’exportation des marchandises, tandis que les importations en provenance de l’Espagne représentent 12,9%.

Ainsi, le pays ibérique est passé du 2e rang de partenaire commercial du Maroc au premier, avant la France. Entre 800 et 1 000 entreprises espagnoles, tous secteurs confondus, sont implantées au Maroc. L’Espagne reste le deuxième client du Maroc après la France et la deuxième source d’investissements directs étrangers (IDE). Premier constat, la balance commerciale reste en faveur de la péninsule. L’évolution de la part des exportations marocaines de biens dans les importations espagnoles montre une stabilité autour de 1% au cours de la période 2002-2012.

Ce taux a atteint son niveau le plus élevé en 2012 et qui a été de l’ordre de 1,16%. Selon les données de la balance commerciale de 2012, le déficit commercial des biens a atteint 19,3 milliards de DH contre 7,3 milliards de DH en 2011, enregistrant ainsi une aggravation en 2012.

En 2011, les échanges commerciaux entre les deux pays ont généré un déficit commercial de 8 milliards de DH contre 6 milliards un an auparavant. Ce déficit a atteint 19,3 milliards de DH en 2012.

Par répartition sectorielle, le déficit commercial se trouve concentré au niveau des échanges des secteurs des produits énergétiques, de la chimie et parachimie et du secteur mécanique et métallurgique (voir le tableau).

Par répartition sectorielle des exportations des biens avec l’Espagne, le secteur des textiles occupe la part du lion à l’export. Il représente 42,7% des produits exportés en 2012. Il est suivi par le secteur de l’industrie électrique et électronique qui représente la part de 18,2% des valeurs expédiées. La troisième place dans le classement est occupée par le secteur des industries chimiques et parachimiques qui constituent 11,1% du global de l’offre marocaine.

Par groupement d’utilisation, c’est les produits finis de consommation qui occupent la première place avec 47,9%. Quant aux produits d’alimentation et ceux finis d’équipements industriels occupent les parts respectives de 18,7% et de 18,4%. L’analyse en termes de famille de produits remarquables révèle que les vêtements confectionnés occupent la part du lion à l’export. Ils représentent 30,4% des produits exportés. Le textile est suivi par les fils et câbles électriques, qui s’octroient 16,1% des volumes expédiés.

La troisième famille de produits remarquables exportés vers le marché espagnol est celle des crustacés et des coquillages, qui constituent 10% du global de l’offre marocaine. Quant aux acides phosphoriques, ils ne dépassent pas 3,7%.

 

Réagir à cet article sur le blog
Page d'Accueil Voir tous les articles sur "Economie"